La bague originale d’Histoire d’O

23/11/2010 in La boutique de l'Anneau

Bague originale « Histoire d’O » :

La bague qui circule beaucoup aujourd’hui sous ce nom, est en fait une bague imaginée par l’accessoiriste de Just Jaeckin lors de la réalisation du film « Histoire d’O ».

Nous pensons que Pauline Réage, l’auteur d’Histoire d’O, traduit dans presque toutes les langues du monde, a eu une influence déterminante dans la vie de très nombreux d’entre nous. Elle s’est donnée la peine de décrire avec précision la bague d’O.

Notre association a décidée de faire fabriquer un modèle de bague suivant exactement la description de Pauline Réage.

Notre ambition est d’en faire la vraie bague des vraies soumises…

C’est donc cette bague qui aura cours dans notre communauté.

Cette bague autorise de nombreuses variantes, qui permettront aux initiés de savoir quel est le niveau dans la communauté de celui ou celle qui la porte. Cette bague (ou cette chevalière) ne seront achetées qu’une seule fois par la soumise ou par le Maître. Lors du passage d’une table à la suivante, les bagues et chevalières seront rendues, et seule la différence de prix entre la première et la seconde sera facturée par l’Association.

Je vous rappelle  le texte de Pauline Réage :

« Il la pria ensuite de choisir, parmi des bagues toutes semblables, qu’il lui présentait dans un petit coffret de bois, celle qui irait à son annulaire gauche. C’étaient de curieuses bagues de fer, intérieurement cerclées d’or, dont le chaton large et lourd, comme le chaton d’une chevalière mais renflé, portait en nielles d’or, le dessin d’une sorte de roue à trois branches, qui chacune se refermait en spirale, semblable à la roue solaire des Celtes. »

Il y aura très prochainement une chevalière fabriquée pour les Maîtres sur le même modèle.

C’est une bague fabriquée artisanalement en France par l’association pour l’Association. Le modèle est déposé.

Je vous rappelle l’utilisation de cette bague toujours d’après Pauline Réage :

« Quand vous sortirez d’ici, vous porterez un anneau de fer à l’annulaire, qui vous fera reconnaître : vous aurez appris à ce moment-là à obéir à ceux qui porteront le même signe, eux sauront à le voir que vous êtes constamment nue sous votre jupe, si correct et banal que soit votre vêtement, et que c’est pour eux. Ceux qui vous trouverez indocile vous ramèneront ici. »

Prix Asso : 120€*

* Cette bague n’est vendue qu’aux membres de l’association.

10 responses to La bague originale d’Histoire d’O

  1. Bonjour, suite à un échange avec sir John, j’aimerais commandé cette bague, pouvez vous me donner la démarche à suivre..
    Merci à vous..

  2. Bonsoir

    La Pest’ et achets’ M°C, Je pense qu’il y a une simple erreur de frappe et que Maître George a voulu écrire « lors du passage d’une BAGUE » à la suivante et non pas « table ».

    C’est une très bonne idée même si, mon Maître exécrant les bijoux, j’en resterais à mon collier. Ce dernier me semblant de toutes façons un symbole des plus explicites…

    Je trouve cependant tout comme Maître George qu’Histoire d’O. reste une référence absolue. Quels fantasmes de Maîtres ou soumises ne sont pas nourris ou enrichis des images si admirablement décrites dans ce récit?? j’aimerais bien le savoir. Il soutient on ne peut mieux la comparaison avec des romans ou récits plus actuels. C’est justement fantasmagorique et la force des « descriptions » qu’il s’agisse de situations, de cadres ou d’émotions rend secondaire le fait que l’auteur n’ait pas vécu ces scènes.

  3. Bonjour,

    Très jolie chevalière (ou bague) mais je me pose une petite question, peut être cela semble t-il évident pour tout le monde pas pour moi… *sourire*
    Me posant la question d’investir & de faire le choix de la porter, j’aimerais comprendre ?

    Que voulez-Vous dire lorsque Vous annoncez :

    « Cette bague (ou cette chevalière) ne seront achetées qu’une seule fois par la soumise ou par le Maître. Lors du passage d’une table à la suivante, les bagues et chevalières seront rendues, et seule la différence de prix entre la première et la seconde sera facturée par l’Association »

    Je ne comprend pas le terme de « passage à la table suivante » ni le fait que l’on doive rendre sa bague pour en récupérer une autre (si j’ai bien compris…) ?
    Je suis novice… Un peu perdue pour le coup *rire*

    Quelqu’un pourrait il/elle m’éclairer s’il vous plais ?

    Merci d’avance, je souhaite une bonne & agréable journée à toutes & tous,

    la Pest’

  4. Bonjour,

    votre proposition est fort interessante et nous y souscrirons fort probablement lors de notre retour en France. Une remarque, ici aux States, ils utilisent beaucoup le « triskel » comme signe de reconnaissance [un cercle separe en 3 partie par des ‘S’ issus du centre avec un point dans chacune des parties. Cela ressemble assez a la description du livre.
    Une question ensuite, vous dites : « Cette bague (ou cette chevalière) ne seront achetées qu’une seule fois par la soumise ou par le Maître. Lors du passage d’une table à la suivante, les bagues et chevalières seront rendues, et seule la différence de prix entre la première et la seconde sera facturée par l’Association » Qu’entendez-vous par le passsage d’une table a la suivante ?
    Merci.
    Corde-iale-SM-ment
    M*C

  5. Bonsoir MJB,
    Peut être n’avons nous pas rencontré les même personnes… Pour ma part, je considère cet ouvrage comme une référence, ou plutôt un test : Les femmes qui peuvent lire ce livre sans émotion ne seront pas des soumises… Je n’ai jamais vu le clivage dont vous parlez ! Et vous n’êtes pas sans savoir le lien qui unit Pauline Réage et les Thérèse dont vous parlez… Et le fait que Pauline Réage n’ait jamais rien vécu de ce qu’elle raconte me fait penser aux reproches qu’on fait aux critiques gastronomiques de ne pas être capable de cuisiner… Faut il être une poule pour savoir apprécier une omelette ?… Le fait est que ce livre a été traduit dans toutes les langues du monde et a sinon suscité, du moins révélé des centaines de milliers de « vocations », et par là même, il mérite notre reconnaissance… Le nom du site fait aussi référence à Sade… Lui aussi est loin d’avoir vécu ce qu’il a écrit ! Le pauvre ! Lui aussi est loin des Thérèse (et pourtant si proche)… Son texte a vieilli lui aussi… Et pourtant on est bien obligé de constater qu’il n’y a pas grand chose qui tienne la comparaison…
    On honore partout dans notre petit monde une bague qui est une véritable escroquerie qui ne fait référence à rien sauf à l’erreur de traduction d’un accessoiriste de cinéma… Et ça n’a jamais troublé personne …
    Dans le monde entier, on considère Sade et Pauline Réage comme les fondateurs de notre communauté… Et ils sont tous les deux Français ! Et nous, en France, nous seulement on les ignore, mais on les fait descendre de leur piédestal !…
    Un bon vieux réflexe à la mode de chez nous !
    Pourtant, dans les faits, nous sommes bien loin d’être exemplaires…
    Je pense que tout ça mérite un peu de réflexion…

  6. MJB said on 24/11/2010

    Je vais détonner. Je comprends l’idée d’un objet symbolique, pourquoi pas une bague. Je comprends moins la mise sous référence d’un ouvrage à mon goût très vieilli et, surtout, qui n’est pas apprécié de tous les euh… pratiquants, disons.
    Et la vraie « Pauline Reage » n’est pas exactement une icône de la soumission, ça ne l’intéressait pas vraiment.
    Je n’ai connu qu’une soumise « sous O », les autres étaient plutôt « sous Thérèse » (d’Avila ou de Lisieux), ou sous rien du tout.
    Et les Thérèse, en revanche, elles étaient dedans jusqu’au cou.
    Bref je dis ça, je dis rien, sauf, quand même, que tant qu’à prendre une aile littéraire pour élever les choses, autant en prendre une qui ne soit pas clivante, mais reliante. Laquelle ? Ah si je savais je le dirais…:-)

  7. Chère soumise d’amour,
    Comme vous avez pu le lire, le texte de Pauline Réage ne précise pas le sens de rotation du triskel, donc vous pouvez la porter comme vous le désirez…. dans un sens, ou dans l’autre !

  8. Monsieur George,
    un sourire
    Je porte une « chevalière » avec un Triskel. Comment dois-je orienter les « 3 courbes » ? Deux vers le haut …

    soumise d’Amour
    L’Elfe de l’Anneau ou de la Communauté du Triskel

  9. Cher Charles Xavier,
    Je pense que vous avez raison, et que c’est bien cette erreur de traduction qui est à l’origine de la bague répandue aujourd’hui. Raison supplémentaire pour rendre hommage à Pauline Réage en utilisant la bague qu’elle a décrite précisément dans son ouvrage !…

  10. Mon avis est que Just Jaeckin a fait une erreur de traduction. « La bague d’O » est devenue « O ring » plutot que « ring of O ».
    En anglais « o ring » désigne une anneau torique, comme celui qui orne la bague du film.
    Mais cela n’est que mon interprétation.

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.