Photo du profil de Luciole

by

Mademoiselle

30/04/2017 in Littérature

Chapitre 1

Monsieur vint à enfoncer le dernier clou.
La longue boite de bois clair était à présent parfaitement scellée.
Il prit alors un marqueur et inscrivit sur l’étiquette apposée sur le dessus de celle-ci, d’une belle écriture manuscrite faite de pleins et de déliés, « Propriété de A. ».
Il se releva et sourit.
Puis il adressa un rapide signe de tête aux deux hommes qui patientaient silencieusement sur le perron. Ils vinrent se placer de chaque côté de la caisse, la soulevèrent prestement et la chargèrent à l’arrière de la camionnette où d’autres étaient déjà entreposées.

Monsieur baissa les manches de sa chemise et réajusta sa cravate avec un air à la fois amusé et satisfait, enfila sa veste et se dirigea vers sa voiture.

La camionnette démarra en trompe… Son petit chargement avec elle.

À l’intérieur de la boite, la chaleur était étouffante, tout comme le bâillon qui lui remplissait la bouche et la corde qui lui comprimait la poitrine. L’espace exiguë, ainsi que les liens solidement serrés autour de ses chevilles et de ses poignets rendaient tout mouvement impossible. Mademoiselle ne pouvait que prendre son mal en patience.
Ce qu’elle fit en bonne petite Idiote qu’elle était et comme on le lui avait appris.
Qu’il était bon de pouvoir de s’abandonner parfois à la bêtise !

Cependant, l’inconfort sommaire de son habitacle, ajouté au stress de ce fichu bâillon et de ses entraves, ainsi qu’aux soubresauts de la route, ne faisaient qu’accroître la boule d’appréhension, mêlée d’excitation, qui lui vrillait le ventre quant à son devenir.

Elle avait toute confiance en son Maître et s’était offerte à lui corps et âme, aussi s’abandonnait-elle à travers chacun de ses délires pervers et fantasques à ses propres fantasmes et se laissait-elle couler dans le courant de ses propres désirs inavoués et interdits. Néanmoins, il lui fallait chaque fois partager son plaisir avec la peur et l’inconnu, seule condition sine qua none à son excitation.

Après un long trajet, et quelques autres arrêts, la camionnette cessa sa course et s’immobilisa enfin à l’arrière d’une vaste demeure de pierres sombres à l’extrémité d’un grand parc impeccablement entretenu.
On ouvrit les portes et les deux hommes entreprirent de décharger leur étrange cargaison.
Six caisses furent descendues et entreposées dans le vaste hall attenant à l’entrée.
Une resta à l’arrière de la camionnette qui déjà repartait.

Mademoiselle perçu que le véhicule s’était arrêté et qu’on la déplaçait comme un vulgaire colis lors d’un déménagement. L’appréhension qui, durant le trajet, avait pleinement pris possession d’elle, ne lui laissa guère le loisir de se sentir outrée. Cela viendrait bien plus tard. Tout comme le fait de se sentir prise par autre chose que par l’appréhension.

Elle se laissa brièvement glisser dans le lit de ses songes érotiques… Mais déjà les voix autour d’elle la ramenèrent à la réalité.

Une fois le chargement déposé au sol, trois hommes apparurent et commencèrent à vérifier la bonne conformité de la livraison. Ils firent sauter méthodiquement les couvercles des trois premières caisses et ricanèrent en en découvrant le contenu, apeuré et quelque peu ridicule, présenté ainsi. À l’intérieur de chacune des trois caisses se trouvaient une femme en sous-vêtements, étroitement ligotée et bâillonnée, en sueur et les yeux écarquillés. D’autres hommes vinrent emporter ces caisses à présent ouvertes et dont le contenu n’attendait plus qu’à être préparé et présenté.

Mademoiselle entendit qu’on s’affairait près d’elle… Le bois qui grinçait et craquait, les rires moqueurs et les cris étouffés qui n’étaient au final que de vains grognements. Puis se fut son tour d’être exposée aux regards libidineux des hommes de l’ombre, lorsque le couvercle de sa propre boite fut brusquement arraché. Elle se sentit totalement impuissante, réduite à l’état de paquet dont on allait disposer à convenance. Elle fusilla de son regard noir les trois hommes penchés au-dessus d’elle et se raidit soudainement, mais vainement, quand ils la sortirent sans précaution aucune de sa caisse et la posèrent debout en équilibre précaire sur ses pieds, sans même se soucier d’elle.
Rustres !!!

La jeune femme, fraîchement sortie de son emballage, portait d’élégants sous-vêtements de satin rose pâle qui ressortaient sur sa peaux chaude et mate. Juchée sur de très hauts talons, elle paraissait vaciller et risquer de tomber à chaque instant. Ses chevilles étaient étroitement liées entre elles, ses fins genoux également, et ses poignets, ainsi que ses coudes, étaient contraints dans son dos, la faisant ressembler à une paupiette prête à être enfournée. Un épais bâillon de tissu lui emplissait toute la bouche, l’empêchant de prononcer ne serait-ce qu’un seul son et sa chevelure dense et noire était en bataille. Malgré toutes ces caractéristiques qui la faisaient ressembler à une petite Dinde toute droit sortie d’un bordel, elle conservait une allure fière et un port élégant que rien ne semblait pouvoir altérer.
Il en va ainsi de certaines femmes qui, quelles que soient les situations qu’elles traversent, n’en gardent pas moins une attitude racée. Mademoiselle faisait immanquablement partie de cette catégorie.

Elle ne voyait pas grand-chose dans la pénombre, si ce n’était la hauteur vertigineuse du plafond, quelques sculptures et des tableaux dont elle ne percevait que les contours.
La brutalité et le sans-gêne de ces hommes la heurtaient, mais lui rappelaient à tout instant sa condition de soumise et d’objet. Elle avait beau se présenter à eux dans une tenue peu orthodoxe, son bâillon, ses entraves la sublimaient, et elle se sentait comme drapée dans une humiliation plus ou moins feinte. Ses yeux, arrogants, brillaient de mille et un éclats de jais et, malgré la situation pour le moins embarrassante, elle se tenait droite et fière, prête à affronter le destin de petite Pute que son Maître semblait avoir tracé pour elle et qu’elle embrassait avec fièvre.

Un homme en costume sombre entra dans la vaste salle et, sans même porter le moindre regard à Mademoiselle, intima l’ordre aux trois autres de préparer la jeune Salope comme il en était convenu. On fit donc amener un diable dans la pièce sur lequel on plaça Mademoiselle. Après lui avoir détaché les jambes, on lui ôta sa culotte et elle fut donc mise à genoux, les cuisses écartées, avant d’être solidement ligotée au chariot. Ainsi, Mademoiselle, se retrouvait-elle agenouillée au niveau du sol et montée sur roulettes, prête à être véhiculée à l’envie.
Et c’est ce que l’on s’empressa de faire.

On l’emporta sans ménagement, dans un dédale de couloirs, vers une autre pièce, au plus profond de la demeure.

Arrivée dans une sorte de salle basse et voûtée, que seules quelques bougies baignaient de leur lumière, on entrepris de lui ôter son bâillon dans lequel, Mademoiselle avait abondamment bavé. Elle ressemblait dès lors d’avantage à une petite souillon qu’à une fière princesse. On enleva donc le tissu qui lui occupait toute la bouche, lui essuya les lèvres et, après avoir remplit la bouche de Mademoiselle de sa propre culotte, lui replaça fermement un nouveau morceau d’étoffe entre les dents.
Mademoiselle en était pour ses frais, sa liberté buccale ne lui ayant été octroyée qu’un bref instant. Tout juste le temps de déglutir et d’envisager, peut-être, de hurler… Ou pas.
Puis on laissa Mademoiselle le cul et la chatte à l’air sans même se soucier d’elle.

Elle ne savait réellement que penser. Pourtant habituée à subir de multiples outrages, elle avait toujours su relativement bien gérer les situations, même les plus improbables, et ce, notamment, grâce à la présence constante de son Maître qui y faisait pour beaucoup. Or, à cet instant, elle se demanda où celui-ci pouvait bien être… Dissimulé derrière une tenture, posté dans la pénombre ? Elle restait persuadée qu’il était quelque part, pas très loin, veillant sur elle et l’observant, guettant même ses possibles renoncements.
Sa fierté revenue et sa confiance restaurée, Mademoiselle tenta de se redresser un peu.
Aïe ! Ils l’avaient ligotée bien serrée, les salauds !
Elle se contenta alors de relever la tête et d’observer autant que possible les lieux.

Au bout d’un long moment, Mademoiselle perçue, à l’extrémité du couloir, une lueur qui se rapprochait d’elle. Un homme accompagné d’un chien s’avançait tranquillement. Un vigile probablement. Arrivé à sa hauteur, l’homme, qui paraissait ne pas la voir, s’immobilisa et alluma une cigarette. Le chien, somme toute similaire à tous les chiens, semblait être le seul à remarquer la présence de Mademoiselle, qu’il renifla bruyamment, se demandant, si ce n’est de quel genre elle était, au moins à quelle espèce elle appartenait. Mademoiselle était une femelle, assurément de celle des petites Chiennes. Son odeur ne trompa pas l’animal qui ne poursuivit pas plus loin ses investigations et entreprit de lui lécher l’entre-jambes qui semblait avoir joli goût, au vu de son application à le faire.

Mademoiselle, dans un premier temps surprise, gigota abondamment pour tenter de se défaire de ses liens et grogna tout autant. Cela eu pour conséquence d’exciter plus encore l’animal qui fourra de plus belle sa truffe dans la petite chatte humide de Mademoiselle qui rougissait de honte. Cependant, la montée de son plaisir l’emporta sur son combat intérieur. Elle sentait les vagues d’un orgasme incontrôlable l’assaillir au gré des coups de langue de la bête sur son sexe.
Envahie par un orgasme fulgurant, elle se retrouva à jouir comme une petite Catin dans son bâillon, libérant des flots de cyprine sur le museau de l’animal et se sentant plus Salope que jamais.
Mademoiselle se serait choquée elle-même, si elle en avait eu le courage et l’envie !

Une fois sa tâche accomplie, le chien se lécha les babines et pissa sur le bas ventre de Mademoiselle en guise de remerciements.
Puis, lui et son maître reprirent leur ronde.

Mademoiselle resta pantelante de longues minutes à ne plus trop savoir où son esprit divaguait. Le plaisir particulier qu’elle avait ressenti avec l’animal la rendait curieusement troublée, hésitant entre la honte et la satisfaction. Mademoiselle ne savait trop si elle préférait attendre que l’on vienne s’occuper d’elle à nouveau ou qu’on l’oublie définitivement, la chatte ruisselante et béante.

Mais déjà, au bout du couloir, une autre lueur apparaissait…

3 responses to Mademoiselle

  1. Chapitre 2

    Monsieur, confortablement installé dans un fauteuil club de cuir roux, se délectait d’un Bas-Armagnac de 1976 en laissant errer ses pensées…
    Ses doigts dessinaient de petits motifs invisibles sur le dessus de l’accoudoir, tandis que son regard se perdait sur le fil d’un horizon imaginaire.
    Souriant et serein, rien ne semblait être en mesure de l’ébranler.
    Une femme toute de noir vêtue et chaussée de talons vertigineux pénétra dans la pièce.

    Ailleurs, l’espace se rétractait sur lui-même lentement…

    Mademoiselle sentit son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine à la manière d’un tambour effréné. La peur qui se saisit alors d’elle la fit littéralement dégouliner. Sa peau devenue moite par l’excitation des moments précédents devenait de plus en plus froide, à mesure que la lumière se rapprochait d’elle. Déglutissant péniblement, elle plissait des yeux pour parvenir à distinguer quelque chose dans l’obscurité.

    La lueur se fit plus brillante. Elle se rapprochait de Mademoiselle, accompagnée par une sorte de bruit sourd et traînant, lui-même suivi d’un son « humide et suintant ». Quelque chose remontait le long corridor, quelque chose qui progressait inéluctablement vers elle.

    Mademoiselle sentait la panique l’envahir. Les larmes au bord de ses paupières, elle sentait ses membres s’affaiblir, son sang cogner dans sa tête. Son angoisse irradiait à travers tout son corps.

    Monsieur se leva et avança vers la femme. Ils se jaugèrent du regard, sans agressivité, comme s’ils communiquaient en silence, se comprenant sans mot dire. La femme lui sourit avec malice et lui fit signe de le suivre.
    Une porte se referma derrière eux et le salon resta figé de leur absence.

    Ailleurs, le temps s’accélérait à présent subitement…

    Prisonnière de son attelage immobile, Mademoiselle se cambrait et s’agitait sans résultat, vociférant dans son bâillon trempé de bave.

    La chose qui avançait vers elle, se dessina progressivement. Il s’agissait d’un homme énorme et adipeux au crâne chauve et ruisselant de sueur, vêtue pour tout vêtement d’un long tablier de cuir crasseux. Il émanait de cette vision effroyable une odeur putride et acre qui révulsa Mademoiselle. L’homme s’approcha d’elle avec curiosité et appétence. Son haleine pestilentielle prit possession des narines de Mademoiselle lorsqu’il se pencha sur elle, et elle pria pour ce soit la seule chose qui la possède émanant de cet homme. Il inclina la tête, ouvrit la bouche et sortit une langue gluante qu’il posa sur la joue de Mademoiselle. Puis, doucement, il la fit glisser le long de son visage et remonter jusqu’au coin de son œil. Lorsqu’il l’en détacha, un long filet de bave continua de les relier l’un à l’autre. L’homme ferma les yeux et se mordit les lèvres comme s’il goûtait encore à la saveur de Mademoiselle.

    Mademoiselle eut un violent haut le cœur, la bile lui remontait aux lèvres. Des spasmes de colère entremêlés de honte et d’humiliation la tordaient dans tous les sens. La salive de l’homme coulait le long de son cou, la tétanisant comme s’il s’agissait du venin d’un serpent. Comment cette chose répugnante avait eu le droit de s’approcher de sa si délicate peau ? Qui l’avait autorisé à la toucher, à la sentir, à la salir ?
    Mademoiselle se pissa dessus. Elle faillit s’évanouir.

    Monsieur pénétra dans une pièce tendue de velours rouge carmin et de moulures dorées comme pouvaient l’être les théâtres d’antan. L’un des murs était occupé sur sa totalité par un vaste miroir et au centre de la pièce se tenait un fauteuil confortable y faisant face.
    Madame fit signe à Monsieur de s’y installer et quitta la pièce, non sans en avoir tamisé la lumière.

    Dans le couloir, l’homme attrapa les poignets du chariot et le bascula en arrière, avant de le tirer derrière lui.
    Mademoiselle, impuissante, le suivit malgré elle.

    L’obscurité se referma à sa suite.

    Mademoiselle, baignant dans l’urine, la chatte encore trempée de la précédente rencontre, était emplie de colère et de honte. Ses yeux, à qui les aurait scrutés, étaient injectés de sang. Elle ne savait pas vers qui sa colère devait se tourner et se reprochait amèrement de n’avoir pas pu réprimer son dégoût… Humiliée, salie et comme sortie toute droit d’un égout, elle ferma les yeux, priant pour que cela cesse… Ou pas.

    Arrivé devant une porte de bois massif qui ressemblait à celle d’une geôle, le gros homme fit tourner une lourde clef et entra. La salle, petite et chichement éclairée, était semblable à un cachot aux murs voûtés et étroits.
    Concupiscent, il entreprit de détacher mademoiselle de son chariot. Il libéra une première jambe, puis une seconde et enfin la souleva du sol pour la positionner à califourchon sur une sorte de cheval d’arçon. Là, il lia à nouveau ses jambes de chaque côté, puis lui passa une corde autour du cou, qu’il attacha devant elle, dans un anneau au sol.

    Ainsi harnachée, Mademoiselle se retrouvait la croupe en l’air et la chatte à tout vent.
    L’homme se saisit alors d’un long tuyau d’arrosage et commença à laver méthodiquement le cul de Mademoiselle, toujours maculé de pisse. Puis, sans plus d’explication, il quitta la pièce et referma la porte derrière lui, laissant Mademoiselle à ses questionnements et ses terreurs.

    Mademoiselle, la chatte meurtrie par le jet puissant de l’eau, se remémora les instants depuis son arrivée dans cette demeure. Elle avait conscience que tout cela était loin d’être fini et l’eau froide avait au moins eu l’effet bénéfique de lui remettre les idées en place. Elle pouvait ainsi imaginer ce que serait la suite de ces réjouissances… Devant ses yeux défilaient des images de corps enchevêtrés. Malgré ses liens et la corde au cou qui limitaient ses mouvements, elle rêvait que des hommes se succédaient pour la pénétrer, rapidement, profondément, bestialement. Elle les imaginait de tout style, de toute taille, de toute couleur…

    Son sexe devenait moite à cette délicieuse évocation et l’envie de se tortiller sur ce cheval d’arçon, de se frotter au cuir, devenait de plus en plus pressante. Ses désirs, ses besoins de petite Salope insatiable se réveillaient, lui laissant juste ses fantasmes pour gérer sa frustration grandissante… Elle ressentait un besoin impérieux d’être remplie et tous ses orifices attendaient leur dû…

    Soudain, la lumière s’alluma, vive et éblouissante, et un homme, suivit d’une ombre, entrèrent…

  2. Merci Nuage.

    « Distrayants »…

    Je crois que tu risques de changer de qualificatif
    au prochain chapitre… ;-)

    Amitiés.

  3. Nuage said on 30/04/2017

    Les outrages subit par Mademoiselle sont très distrayants, j’ai une folle envie d’en connaître la suite :)

Leave a reply

You must be logged in to post a comment.