You are browsing the archive for Art.

Photo du profil de Luciole

by Luciole

Mademoiselle

30/04/2017 in Littérature

Chapitre 1

Monsieur vint à enfoncer le dernier clou.
La longue boite de bois clair était à présent parfaitement scellée.
Il prit alors un marqueur et inscrivit sur l’étiquette apposée sur le dessus de celle-ci, d’une belle écriture manuscrite faite de pleins et de déliés, « Propriété de A. ».
Il se releva et sourit.
Puis il adressa un rapide signe de tête aux deux hommes qui patientaient silencieusement sur le perron. Ils vinrent se placer de chaque côté de la caisse, la soulevèrent prestement et la chargèrent à l’arrière de la camionnette où d’autres étaient déjà entreposées.

Monsieur baissa les manches de sa chemise et réajusta sa cravate avec un air à la fois amusé et satisfait, enfila sa veste et se dirigea vers sa voiture.

La camionnette démarra en trompe… Son petit chargement avec elle.

À l’intérieur de la boite, la chaleur était étouffante, tout comme le bâillon qui lui remplissait la bouche et la corde qui lui comprimait la poitrine. L’espace exiguë, ainsi que les liens solidement serrés autour de ses chevilles et de ses poignets rendaient tout mouvement impossible. Mademoiselle ne pouvait que prendre son mal en patience.
Ce qu’elle fit en bonne petite Idiote qu’elle était et comme on le lui avait appris.
Qu’il était bon de pouvoir de s’abandonner parfois à la bêtise !

Cependant, l’inconfort sommaire de son habitacle, ajouté au stress de ce fichu bâillon et de ses entraves, ainsi qu’aux soubresauts de la route, ne faisaient qu’accroître la boule d’appréhension, mêlée d’excitation, qui lui vrillait le ventre quant à son devenir.

Elle avait toute confiance en son Maître et s’était offerte à lui corps et âme, aussi s’abandonnait-elle à travers chacun de ses délires pervers et fantasques à ses propres fantasmes et se laissait-elle couler dans le courant de ses propres désirs inavoués et interdits. Néanmoins, il lui fallait chaque fois partager son plaisir avec la peur et l’inconnu, seule condition sine qua none à son excitation.

Après un long trajet, et quelques autres arrêts, la camionnette cessa sa course et s’immobilisa enfin à l’arrière d’une vaste demeure de pierres sombres à l’extrémité d’un grand parc impeccablement entretenu.
On ouvrit les portes et les deux hommes entreprirent de décharger leur étrange cargaison.
Six caisses furent descendues et entreposées dans le vaste hall attenant à l’entrée.
Une resta à l’arrière de la camionnette qui déjà repartait.

Mademoiselle perçu que le véhicule s’était arrêté et qu’on la déplaçait comme un vulgaire colis lors d’un déménagement. L’appréhension qui, durant le trajet, avait pleinement pris possession d’elle, ne lui laissa guère le loisir de se sentir outrée. Cela viendrait bien plus tard. Tout comme le fait de se sentir prise par autre chose que par l’appréhension.

Elle se laissa brièvement glisser dans le lit de ses songes érotiques… Mais déjà les voix autour d’elle la ramenèrent à la réalité.

Une fois le chargement déposé au sol, trois hommes apparurent et commencèrent à vérifier la bonne conformité de la livraison. Ils firent sauter méthodiquement les couvercles des trois premières caisses et ricanèrent en en découvrant le contenu, apeuré et quelque peu ridicule, présenté ainsi. À l’intérieur de chacune des trois caisses se trouvaient une femme en sous-vêtements, étroitement ligotée et bâillonnée, en sueur et les yeux écarquillés. D’autres hommes vinrent emporter ces caisses à présent ouvertes et dont le contenu n’attendait plus qu’à être préparé et présenté.

Mademoiselle entendit qu’on s’affairait près d’elle… Le bois qui grinçait et craquait, les rires moqueurs et les cris étouffés qui n’étaient au final que de vains grognements. Puis se fut son tour d’être exposée aux regards libidineux des hommes de l’ombre, lorsque le couvercle de sa propre boite fut brusquement arraché. Elle se sentit totalement impuissante, réduite à l’état de paquet dont on allait disposer à convenance. Elle fusilla de son regard noir les trois hommes penchés au-dessus d’elle et se raidit soudainement, mais vainement, quand ils la sortirent sans précaution aucune de sa caisse et la posèrent debout en équilibre précaire sur ses pieds, sans même se soucier d’elle.
Rustres !!!

La jeune femme, fraîchement sortie de son emballage, portait d’élégants sous-vêtements de satin rose pâle qui ressortaient sur sa peaux chaude et mate. Juchée sur de très hauts talons, elle paraissait vaciller et risquer de tomber à chaque instant. Ses chevilles étaient étroitement liées entre elles, ses fins genoux également, et ses poignets, ainsi que ses coudes, étaient contraints dans son dos, la faisant ressembler à une paupiette prête à être enfournée. Un épais bâillon de tissu lui emplissait toute la bouche, l’empêchant de prononcer ne serait-ce qu’un seul son et sa chevelure dense et noire était en bataille. Malgré toutes ces caractéristiques qui la faisaient ressembler à une petite Dinde toute droit sortie d’un bordel, elle conservait une allure fière et un port élégant que rien ne semblait pouvoir altérer.
Il en va ainsi de certaines femmes qui, quelles que soient les situations qu’elles traversent, n’en gardent pas moins une attitude racée. Mademoiselle faisait immanquablement partie de cette catégorie.

Elle ne voyait pas grand-chose dans la pénombre, si ce n’était la hauteur vertigineuse du plafond, quelques sculptures et des tableaux dont elle ne percevait que les contours.
La brutalité et le sans-gêne de ces hommes la heurtaient, mais lui rappelaient à tout instant sa condition de soumise et d’objet. Elle avait beau se présenter à eux dans une tenue peu orthodoxe, son bâillon, ses entraves la sublimaient, et elle se sentait comme drapée dans une humiliation plus ou moins feinte. Ses yeux, arrogants, brillaient de mille et un éclats de jais et, malgré la situation pour le moins embarrassante, elle se tenait droite et fière, prête à affronter le destin de petite Pute que son Maître semblait avoir tracé pour elle et qu’elle embrassait avec fièvre.

Un homme en costume sombre entra dans la vaste salle et, sans même porter le moindre regard à Mademoiselle, intima l’ordre aux trois autres de préparer la jeune Salope comme il en était convenu. On fit donc amener un diable dans la pièce sur lequel on plaça Mademoiselle. Après lui avoir détaché les jambes, on lui ôta sa culotte et elle fut donc mise à genoux, les cuisses écartées, avant d’être solidement ligotée au chariot. Ainsi, Mademoiselle, se retrouvait-elle agenouillée au niveau du sol et montée sur roulettes, prête à être véhiculée à l’envie.
Et c’est ce que l’on s’empressa de faire.

On l’emporta sans ménagement, dans un dédale de couloirs, vers une autre pièce, au plus profond de la demeure.

Arrivée dans une sorte de salle basse et voûtée, que seules quelques bougies baignaient de leur lumière, on entrepris de lui ôter son bâillon dans lequel, Mademoiselle avait abondamment bavé. Elle ressemblait dès lors d’avantage à une petite souillon qu’à une fière princesse. On enleva donc le tissu qui lui occupait toute la bouche, lui essuya les lèvres et, après avoir remplit la bouche de Mademoiselle de sa propre culotte, lui replaça fermement un nouveau morceau d’étoffe entre les dents.
Mademoiselle en était pour ses frais, sa liberté buccale ne lui ayant été octroyée qu’un bref instant. Tout juste le temps de déglutir et d’envisager, peut-être, de hurler… Ou pas.
Puis on laissa Mademoiselle le cul et la chatte à l’air sans même se soucier d’elle.

Elle ne savait réellement que penser. Pourtant habituée à subir de multiples outrages, elle avait toujours su relativement bien gérer les situations, même les plus improbables, et ce, notamment, grâce à la présence constante de son Maître qui y faisait pour beaucoup. Or, à cet instant, elle se demanda où celui-ci pouvait bien être… Dissimulé derrière une tenture, posté dans la pénombre ? Elle restait persuadée qu’il était quelque part, pas très loin, veillant sur elle et l’observant, guettant même ses possibles renoncements.
Sa fierté revenue et sa confiance restaurée, Mademoiselle tenta de se redresser un peu.
Aïe ! Ils l’avaient ligotée bien serrée, les salauds !
Elle se contenta alors de relever la tête et d’observer autant que possible les lieux.

Au bout d’un long moment, Mademoiselle perçue, à l’extrémité du couloir, une lueur qui se rapprochait d’elle. Un homme accompagné d’un chien s’avançait tranquillement. Un vigile probablement. Arrivé à sa hauteur, l’homme, qui paraissait ne pas la voir, s’immobilisa et alluma une cigarette. Le chien, somme toute similaire à tous les chiens, semblait être le seul à remarquer la présence de Mademoiselle, qu’il renifla bruyamment, se demandant, si ce n’est de quel genre elle était, au moins à quelle espèce elle appartenait. Mademoiselle était une femelle, assurément de celle des petites Chiennes. Son odeur ne trompa pas l’animal qui ne poursuivit pas plus loin ses investigations et entreprit de lui lécher l’entre-jambes qui semblait avoir joli goût, au vu de son application à le faire.

Mademoiselle, dans un premier temps surprise, gigota abondamment pour tenter de se défaire de ses liens et grogna tout autant. Cela eu pour conséquence d’exciter plus encore l’animal qui fourra de plus belle sa truffe dans la petite chatte humide de Mademoiselle qui rougissait de honte. Cependant, la montée de son plaisir l’emporta sur son combat intérieur. Elle sentait les vagues d’un orgasme incontrôlable l’assaillir au gré des coups de langue de la bête sur son sexe.
Envahie par un orgasme fulgurant, elle se retrouva à jouir comme une petite Catin dans son bâillon, libérant des flots de cyprine sur le museau de l’animal et se sentant plus Salope que jamais.
Mademoiselle se serait choquée elle-même, si elle en avait eu le courage et l’envie !

Une fois sa tâche accomplie, le chien se lécha les babines et pissa sur le bas ventre de Mademoiselle en guise de remerciements.
Puis, lui et son maître reprirent leur ronde.

Mademoiselle resta pantelante de longues minutes à ne plus trop savoir où son esprit divaguait. Le plaisir particulier qu’elle avait ressenti avec l’animal la rendait curieusement troublée, hésitant entre la honte et la satisfaction. Mademoiselle ne savait trop si elle préférait attendre que l’on vienne s’occuper d’elle à nouveau ou qu’on l’oublie définitivement, la chatte ruisselante et béante.

Mais déjà, au bout du couloir, une autre lueur apparaissait…

Week-end des 18 et 19 Juillet 2015 Le rendez vous de l’été à La Roche sur Yon – Les Animations autour du feu !

21/07/2015 in Art, Arts Plastiques, Evènements, Soirées thématiques

Nous avons passé un excellent week-end chez Philippe Boxis les 18 et 19 Juillet ! Le temps était de la partie, et le cadre enchanteur de la grande villa et de son beau donjon, mais aussi le magnifique parc paysager et la grande piscine, n’étaient pas pour rien  dans la qualité de l’ambiance qui y régnait !

Nous avions prévu quelques performances que je voudrais faire partager à ceux qui n’ont pas eu la chance d’y participer : Outre les cordes de notre hôte, Philippe Boxis et les fouets du Loup Blanc et de Rachel, qui relèvent aussi d’une forme d’art, un artiste céramiste, Mathieu Duval nous a présenté un projet aussi audacieux qu’innovant ! Mathieu et sa compagne Pomme ont commencé leur extraordinaire travail dès le matin de samedi : A partir d’une ossature métallique préparée à l’avance, ils ont commencé à construite un très grand four en argile dès le samedi matin.

DSC_0003BCe four apparait sous la forme d’une statue, qui représente une soumise agenouillée.

DSC_0008BDurant toute l’après midi ce four est chauffé au bois pour atteindre une température d’environ 1000°.

DSC_0010BLa nuit tombée, diverses animations autour du feu ont lieu : Des jeux de bougies :

DSC_5399BMordsith nous présente sa performance « brevetée » : des Bolas de Fuego agrémentés de lanières de martinet ! :

DSC_5410BPomme nous présente son cercle de feu :

20150719_004750BEnfin arrive l’heure de détruire la statue de soumise pour découvrir, encore incandescente, la céramique très délicate et unique,qui cuit depuis le début d’après midi :

DSC_5443BIl s’agit d’une extraordinaire dentelle de céramique, véritable défi technique, qui représente un buste de femme :

DSC_5449BAlors que l’invraisemblable dentelle de céramique refroidit, une vente aux enchère est organisée.

DSC_5464B

 

 

Chapitre de Paris – Samedi 7 Mars 2015 – 21h – Soirée D/S – 75004 L’Escarpin

19/02/2015 in Evènements, Littérature, Soirées thématiques

flyer150307Chapitre de Paris
Samedi 7 Mars 2015 – 21h
Conférence d’Erospower et Soirée D/S
L’Escarpin – Club SM
12 rue du Prévôt
75004 PARIS – Le Marais
Station de métro: Saint-Paul

Conférence sur le livre d’Erospower (Comment trouver une soumise ?) a 21h30 par l’auteur
Attention : Fermeture des portes à 22 h (pour respecter le conférencier et ne pas l’interrompre par des allées et venues intempestives) suivie d’une signature et débats ,
puis place aux jeux bien sur !
Entrée : 50 euros par couple, H seul : 70 euros
Boissons : softs ou drinks : 10 euros, Buffet salé sucré.
Places TRES limitées. Réservations obligatoires.
Renseignements et Réservations en écrivant à g.berthou@hotmail.fr à l’intention de Maitre Françoys. (ou par téléphone : 06.31.80.23.60)

Sortie du film « 50 Nuances de Grey ». Mercredi 11 Février 2015. Soyons « visibles » !

08/02/2015 in Art, Cinémathèque, Evènements

Chers amis, bonjour,
L’extraordinaire succès de la trilogie « 50 Nuances de Grey » de E.L.James, dont je vous avais parlé pour la première fois, ici même, le 12 Juillet 2012, n’est pas un sujet polémique, mais une réalité avérée de l’édition mondiale.

affiche 50 Nuances
Ce succès n’est pas dû à la très banale histoire d’amour à l’eau de rose qui en est le thème, ni à la qualité littéraire de l’ouvrage, mais bien uniquement à la relation D/S qui y est décrite.
Je pense qu’il est vain de discuter sur le fait que ce livre représente ou non nos relations. Les lectrices, puisqu’il s’agit essentiellement de lectrices, ont été interpellées par cette histoire de Domination/soumission, mais, comme nous l’avons tous fait à nos débuts, elles ont été ou seront capables d’en faire leur miel… d’adapter cette histoire à leurs propres désirs et à leurs propres fantasmes… Elles n’attendront pas qu’on vienne les chercher en hélicoptère !!!
Je pense que la sortie de ce film (à partir du 11 Février 2015) est une excellente occasion de leur montrer qu’il existe, dans la vie réelle, dans leur ville, des gens raisonnables, responsables, respectables qui vivent ce genre de relation dans le bonheur.
C’est la raison pour laquelle, je vous propose de porter quelques accessoires discrets, mais explicites lorsque vous irez voir ce film : un collier, des bracelets, une bague, peu importe. Il faut rester discrets, ne pas faire ni dans la provocation, ni dans la vulgarité. Juste quelques indices qui pourraient inciter curieuses et curieux à vous adresser la parole…
Il serait même bon de fixer des rendez vous ici sur l’anneau, de façon à se retrouver, éventuellement en petit groupe, dans chaque ville, pour aller voir ce film, et éventuellement boire un verre après la projection pour en parler (avec éventuellement d’autres spectateurs que vous aurez rencontrés ce soir là !) Je pourrai relayer ces rendez vous sur la totalité du listing dans chaque région…
Paris-Munch a déjà fixé un rendez vous pour Paris : Mercredi 11 février, Vendredi 14 février et Samedi 15 Février : Présence de PariS-M au Rex Club de 18h à 20h30

PS : Donnez nous l’information du lieu, de la date et de l’heure où vous allez voir le film, et nous transmettrons à l’ensemble des membres de votre région. Néanmoins, après information auprès des salles, il est INDISPENSABLE de réserver vos places au moins pour la première semaine.

Chapitre de Paris – Compte rendu de l’exposition Allister et de la soirée du Jeudi 11 Décembre à l’Escarpin, club sm à Paris

12/12/2014 in Art, Arts Plastiques, Evènements, Soirées thématiques

A l’Escarpin, jeudi soir, s’est déroulé le vernissage de la très belle exposition de spectaculaires photos et peintures d ‘Alister, (allez voir son site : http://www.planetxox.com/ ).
Dans une ambiance détendue et chaleureuse les participants ont pu librement jouer ensuite
entre couples, non sans avoir admiré toutes les œuvres exposées, disséminées dans toutes les pièces du club.

Vernissage Alister à l'Escarpin Déc. 2014 005Vernissage Alister à l'Escarpin Déc. 2014 012

 

 

 

 

 

 

 

 

Le spectacle était autant dans les pièces que sur leurs murs !
Un grand merci à l’équipe de l’Escarpin (allez voir le site de l’escarpin, notre partenaire : ) pour leur accueil fidèle et venez vite les visiter (Entrée et boissons au tarif habituel du club)
L’exposition perdure encore plusieurs jours, et certaines œuvres sont déjà vendues.
Maître Françoys

Chapitre de Paris – Jeudi 11 Décembre 2014 – 20h – Vernissage expo Alister et soirée D/S – L’escarpin – PARIS

18/11/2014 in Art, Arts Plastiques, Evènements, Soirées thématiques

Flyer AlisterEXPOSITION par Bob Alister à :
« L’Escarpin club-sm  »
12 rue Prévot
75004 Paris
L’Escarpin se transforme en galerie sm pendant 10 jours.
Venez jouer et admirer les œuvres d’Alister :
Début de l’exposition et vernissage le jeudi 11 Décembre à partir de 20h.
Vernissage : entrée 10 euros/personne, boissons aux tarifs habituels du club.
L’exposition dure une dizaine de jours ensuite, conditions d’entrée habituelle du club (tarif préférentiel réservé aux couples inscrits sur l’anneaudejustine)

Inscription obligatoire à l’attention de Maitre Francoys par mail : g.berthou@hotmail.fr